CFP: L’Afrique face à l’émergence économique de la Chine, revue Politique Africaine, dossier coordonné par A. Kernen

Appel à contributions pour la revue Politique africaine

Capture

L’Afrique face à l’émergence économique de la Chine

Dossier coordonné par Antoine Kernen (Université de Lausanne), par ailleurs membre de l’ANR EsCA

Argumentaire

Dans un dossier de décembre 1999 sur la « Renaissance Afro-asiatique» et, plus récemment, en proposant de réfléchir sur « la globalisation par les Suds » (mars 2009), Politique africaine s’est intéressée à diverses facettes du renforcement des liens entre l’Asie et l’Afrique et aux nouvelles puissances émergentes en Afrique. Le présent dossier se propose de reprendre et développer ces réflexions en se focalisant sur les acteurs économiques de la « Chine-Afrique » et sur les prolongements politiques des investissements chinois sur le continent africain.

L’expression « Chine-Afrique » s’est imposée il y a une quinzaine d’années, suite à l’accroissement rapide des investissements chinois en Afrique et à l’explosion de la valeur des échanges commerciaux. Pour expliquer cette évolution rapide, les premiers travaux scientifiques ont souligné le rôle de nouvelles politiques mises en œuvre par le gouvernement chinois. Il s’agissait d’abord du renforcement de la coopération chinoise avec l’Afrique et d’un ensemble de mesures visant à soutenir les investissements à l’étranger et les exportations, résumés en chinois par l’expression « zou chouchu » (sortir). Pour la plupart des analystes, le gouvernement chinois a mis en place depuis 1999 ces nouvelles politiques dans le but de répondre aux besoins croissants du pays en énergie et en matières premières. L’explication dominante peut se résumer ainsi : des intérêts stratégiques liés au développement de la Chine ont poussé le gouvernement chinois à promulguer des politiques qui ont conduit à la croissance des investissements et au renforcement de la coopération de la Chine en Afrique. Le terme de « colonisation », utilisé par certains, rend bien compte, au-delà de son très lourd passif, de l’idée selon laquelle la présence chinoise en Afrique est non seulement organisée, mais également le fruit d’une seule rationalité économique. En reprenant et simplifiant l’argument des théories marxistes de l’impérialisme, ces études affirment comme une évidence que la recherche de matières premières nécessaires pour son développement économique pousse la Chine dans cette « aventure africaine ». La relative simultanéité entre le moment où la Chine est devenue importatrice de pétrole et le début de l’internationalisation de « ses » multinationales sert d’argument irréfutable pour construire l’exceptionnalité de la présence chinoise en Afrique. En dépit de leur clarté, ces explications sont insuffisantes. Elles ne rendent pas compte, par exemple, du fait que le boom des investissements en Afrique a eu lieu alors que le gouvernement chinois réformait les entreprises d’Etat, choisissant de concentrer ses interventions sur moins de 200 d’entre elles, placées en situation de quasi monopole sur le marché chinois. Pour toutes les autres, lâchées par l’Etat central, l’internationalisation a représenté alors une solution pour trouver de nouveaux marchés et résister à une concurrence de plus en plus forte au niveau national…

Plus ici

 Les propositions de contribution (une page) sont à envoyer au coordinateur (antoine.kernen@unil.ch) d’ici au 30 septembre 2013.

Les articles retenus devront être remis au plus tard le 15 mars 2014 pour évaluation par la rédaction de la revue. Date de publication prévue du dossier : octobre 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *