« Africans in China » du photographe LI DONG : A propos des images

rcycl-aff-li-dong-a3-3_mediumIl est intéressant de constater le développement d’expositions et plus généralement d’oeuvres  littéraires ou artistiques mettant en scène les ressortissants chinois dans les pays africains et Africains en Chine – et parallèlement, les croisements d’imaginaires conséquents. Outre les autoportraits  de Samuel Fosso en paysan chinois ou en président Mao (série L’empereur de l’Afrique), ou les peintures du kenyan Michael Soï, maintenant très connus, ce champ est investi dans de multiples directions par un nombre croissant de créateurs et de critiques d’art comme par la recherche  : projet « Fast Forward » (Olivia Anani) présentant en août dernier des vidéos africaines à Beijing mais aussi panels au dernier symposium sur l’art africain tenu à New York en mars 2014,  groupe de recherche ViPAA; publication annoncée de plusieurs ouvrages, articles divers (par exemple dans la revue Afrikadaa,); blog de  Roberto Castillo sur les Africains de Guanghzou Africans in China. …

Le travail mené depuis 2011 par le photographe Li Dong , ingénieur chimiste reconverti, dans la rue Baohanzhijie  à Guangzhou se prévaut d’une perspective ethnographique d’observation participante : il s’agit de documenter une réalité en action.

 10688419_1477838012492068_5804143598806768005_oL’exposition de ce travail, intitulée « Africans in China » à Bruxelles  se tient actuellement à  Recyclart, espace d’art situé dans la gare de Bruxelles-Chapelle  (du 21 novembre au 12 décembre 2015,  avec une rencontre avec le photographe le 5 décembre). Elle fait  suite à une exposition présentée à Guanghzou en mars-avril 2014 (ici) mais aussi à Aubervilliers dans le cadre du festival « Les écrans de Chine », et à l’université de Cologne.

Ôn pourrait certainement dire plus des usages des photographies de Chinois en Afrique ou d’Africains en Chine .  Si on connait, par exemple, les photographies de Paolo Woods sur la ChineAfrique et leur utilisation dans l’ouvrage de Serge Michel et Michel Beuret (1), tel est moins le cas de l’initiative de l’agence régionale Xinhua de Yaoundé en 2011. Exposés sur la clôture du Bois Ste Anastasie au centre de la capitale du Cameroun,  à proximité du palais des sports construit sur fonds chinois,  les panneaux  financés par d’importantes entreprises chinoises mais placés sous l’égide de la communauté urbaine de la ville, visaient avant tout à rappeler l’ancienneté et la qualité des liens bilatéraux, montrant moins des africains vivants en Chine que des membres éminents de la vie nationale (de l’appareil de l’Etat aux danseurs du ballet national) et continentale en visite en République populaire de Chine.  A la polysémie des intitulés correspond donc celle des usages, artistiques aussi bien que diplomatiques.

xinhua 4

L’exposition de photographies documentaires de Li Dong n’échappe guère à une lecture orientée des relations sino-africaines et rencontre un écho dans la presse chinoise d’expression française (french.xinhuanet,  frenchpeopledaily  …), mais aussi africaine et afrodescendante, à l’exemple du site Afreekara, qui évoque un décentrement du regard s’écartant (enfin)  » des sempiternelles litanies des rapports nord-sud, des demandes d’aides, des anecdotes, des itinéraires d’immigrations abracadabrantesques »…..

A suivre donc…

Plus d’informations  sur le site de Recyclart 

Pour un entretien de Li Dong avec Michaela Pelican, Junior Professor (Assistant Professor), University of Cologne et plusieurs photographies voir ici. 

A suivre, donc.

(1) La Chinafrique, Pékin à la conquête du continent noir,  Grasset  2008


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *