« Quand le sud global aide à penser et dire le monde commun », séminaire CIPH

Meschac Gaba "Voyages Colis", 2013 ( InSitu Marseille)

Meschac Gaba « Voyages Colis », 2013 ( InSitu Marseille)

A signaler, les séances d’un séminaire du Collège international de Philosophie organisé avec l’IRD, l’Institut des mondes africains, l’EHESS et avec le soutien du Centre parisien d’études critiques qui croise et intéresse les travaux de l’ANR EsCA.

Responsables : Rémy BAZENGUISSA-GANGA, Rada IVEKOVIĆ et Kadya Emmanuelle TALL,

Lieu : Centre Parisien d’Etudes Critiques (CPEC), 37 bis, rue du Sentier, 75002-Paris (sonner, puis 1er étage), Métro Grands Boulevards.

Jeu 11 déc 2014, dernière séance du 1er semestre: 18h30-20h30 (heure précise)

Rada Iveković, Introduction et réflexion sur les épistemologies du sud

et au second semestre, les séances suivantes :

Jeu 5 fév 2015, Jeu 5 mars, Jeu 9 avr, Jeu 7 mai, Jeu 21 mai, Jeu 4 juin

Argumentaire

À la fin de l’hégémonie occidentale, les apports à la reconstruction correspondante des savoirs par l’Asie, l’Amérique latine, l’Afrique ainsi que par ses propres critiques, permettent d’entrevoir de nouveaux paradigmes cognitifs à construire sur une planète commune en mutation politique, écologique, gnoséologique. Une recomposition épistémologique s’annonce par le sud global. Après les études subalternistes, postcoloniales et décoloniales au-delà des clivages géopolitiques, on essayera de repérer ce qui contribue à un monde des savoirs à partager entre tou.t.e.s. Après les coupures historiques de la modernité et de « 1989 »  une estimation des tensions entre diverses généalogies des concepts sera tentée et leur interaction encouragée en vue d’un avenir cognitif commun dans la diversité.

C’est surtout à la modernité (occidentale) que se dessine la ligne abyssale entre l’«humanité universelle» à l’image de l’occident et l’«infra-humanité» assignée, issue d’ailleurs. Le séminaire tente, à partir de travaux sur les savoirs non hégémoniques, une recherche et une reconstruction d‘une approche aux savoirs au-delà des divisions avec en vue d’un monde commun, loin de toute ethnicisation ou esthétisation des savoirs. Il s’agit d’ouvrir ces derniers les uns aux autres, d’essayer de traduire, avec une attention particulière pour les connaissances qui, historiquement, auraient été «perdues» ou rendues marginales, afin d’en faire profiter tou.t.e.s en une nouvelle économie mondiale des savoirs. Après les coupures historiques de la modernité et de « 1989 »  une estimation des tensions et convergences entre diverses généalogies des concepts pourrait être tentée en vue d’un avenir cognitif commun dans la diversité.

Il se présente des trajectoires alternatives vers un avenir épistémologique et une justice cognitive partagés, enrichies des apports des continents autres que l’Europe. Le moment est venu de faire parler également l’Afrique et ses problématiques ; elles ont été vues de manière plus fragmentaire que ce ne soit le cas pour l’Asie et l’Amérique latine, qui nous intéresseront cependant autant. Il faudra réfléchir également aux conditions de réception de ces savoirs réorientés.(…)

Avec la participation de Paola Bacchetta (Berkeley), Dandan Jiang (Université Jiaotong, Shanghai et CIPh), Yala Nadia Kisukidi (Université de Genève & CIPh), Luc Ngowet (Département des affaires politiques de l’ONU, Université  de Nairobi et CIPh), Pascale Rabault-Feurhahn (CNRS, Paris), Kapil Raj (EHESS, Paris).

Ce séminaire sera accompagné par le colloque Décentrements. Les suds et les défis épistémologiques d’un monde commun, à l’EHESS, Paris, les 26-28 novembre 2015 à Paris.

Plus d’informations : ici 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *