West African Traders as Translators Between Chinese and African Urban Modernities. Research project GIGA/ Hamburg

Présentation :

gigaLa recherche Chine-Afrique au German Institute of Global and Area studies (GIGA) à Hambourg

in english below

par Laurence Marfaing

Le projet,  West African Traders as Translators Between Chinese and African Urban Modernities  mené à Hambourg par Laurence Marfaing, Karsten Giese, Alena Thiel et Kelly Liang, vient d’être prorogé pour deux ans. Ilest financé par la DFG (Deutsche Forschungs- gemeinschaft/  Fondation Allemande pour la Recherche) et est partie prenante d’un programme « prioritaire » plus vaste : Adaptation and Creativity in Africa – Significations and Technologies in the Production of Order and Disorder

Cette prolongation sert la troisième phase d’un projet débuté en 2011: Entrepreneurial Chinese Migrants and Petty African Entrepreneurs: Local Impacts of Interaction in Urban West Africa (Ghana and Senegal). Dans cette première phase, il s’agissait surtout de mettre en évidence les interactions et les relations qui se tissaient entre les petits entrepreneurs chinois et africains à l’exemple des marchés de Macola à Accra et du Centenaire à Dakar. Notre équipe constituée d’africanistes et de sinologues a permis de capter les perceptions croisées tant des Africains que des Chinois et de les mettre en miroir. Si nos résultats à l’époque ont conclu à d’interactions entre ces groupes spécifiques d’acteurs, nous avons toutefois constaté une dynamique au niveau des stratégies d’adaptions des populations locales à la présence chinoise dans ces lieux bien définis. Une opportunité qu’ont su saisir, notamment, les petits commerçants pour accéder à une activité qui, de par les normes établies d’accès au commerce, leur était inaccessible sans les Chinois. Les importations de marchandises de Chine ont également permis l’émergence d’une classe moyenne et ont transformé les manières de vivre et de consommer des populations locales.

La seconde phase de ce projet mené sous le titre  de West African Traders as Translators Between Chinese and African Urban Modernities nous a ouvert de nouvelles pistes pour suivre d’autres profils d’entrepreneurs africains en Chine, à Yiwu et Guangzhou. Si nous avons apporté notre pierre à l’édifice des études existant sur les organisations des entrepreneurs africains en Chine et l’émergence des « quartiers africains » à partir d’une perspective « sinologiste », nous avons pu également lcatégoriser les acteurs, établir des différences de stratégies entre les nouveaux arrivés dans cette activités et ceux issus de générations de commerçants africains et constater le maintien de réseaux qui se tissent sur leurs parcours d’affaires entre le monde occidental, les plaques tournantes que sont devenus Istanbul, Dubaï, Bangkok, Hong Kong etc.. et la Chine. L’impact et les processus de traduction de leur expérience de Chine des hommes et femmes d’affaires à leur retour au Sénégal et au Ghana – tant dans leur quotidien, leurs modes de vie que dans la gestion de l’entreprise – constituent la question centrale de cette phase

(publications : http://www.spp1448.de/projects/entrepreneurial-chinese-migrants/project-output/project-publications/ et communications http://www.spp1448.de/projects/entrepreneurial-chinese-migrants/project-output/conference-presentations/).

Là aussi nous avons pu tirer avantage de la constitution de notre équipe de recherche entre africanistes et sinologues au niveau de la mise en perspectives d’interactions, de discours et de récits (narrativs) qui nous permettront au cours de cette troisième phase d’approfondira notre interprétation des innovations culturelles et matérielles venues de Chine au Sénégal et au Ghana et le rôle de ces  entrepreneurs en va et vient entre la Chine et l’Afrique dans ces processus. La situation concernant la présence chinoise et l’importation de marchandises chinoise ayant évolué depuis 2011, nous reverrons nos résultats de la première phase. Nous analyserons également systématiquement les gestions de certaines entreprises fonctionnant en réseau entre la Chine et l’Afrique et chercherons, là aussi, l’impact de la Chine. Enfin un axe de recherche de cette phase se consacrera à la confrontation des  récits des hommes et femmes d’affaires africains et chinois sur leur relations et leurs affaires mutuelles mais ceux aussi des populations et des politiques sur la manière dont la Chine influence les esprits et le futur.

Chinafrica research by GIGA, Hamburg

The research project, West African Traders as Translators Between Chinese and African Urban Modernities, which is carried out by Laurence Marfaing, Karsten Giese, Alena Thiel and Kelly Liang at the GIGA German Institute of global and Area Studies, Hamburg, has been extended for two years. The project is funded by the DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft/ German Research Foundation) and is part of the larger priority programme Adaptation and Creativity in Africa – Significations and Technologies in the Production of Order and Disorder.

With this extension, the research project enters its third phase. Under the title Entrepreneurial Chinese Migrants and Petty African Entrepreneurs: Local Impacts of Interaction in Urban West Africa (Ghana and Senegal), the first phase of the project examined the interactions between African and Chinese petty entrepreneurs in the urban markets of Makola in Accra and of the Centenaire in Dakar. The project team constituted by Africanists and Sinologists juxtaposed the mutual perceptions of African and Chinese market actors. The initial findings of the project show that interactions between the two groups remain limited, although complex dynamics of adaptation to the Chinese presence on the part of local populations in these markets were observed. Notably, through the assistance of Chinese entrepreneurs, African petty traders gained access to economic opportunities, which would have blocked by established norms of market entry in their societies. The importation of commodities from China also led to the transformation of life-styles and consumption patterns in previously excluded parts of the population.

In the second phase of  the project, under the title West African Traders as Translators Between Chinese and African Urban Modernities, emphasis shifted to the different profiles of African entrepreneurs in China, specifically in Yiwu and Guangzhou. On the one hand, the project offered a Sinologist perspective on the emergence of African quarters to the existing studies on Africans in China . In addition, the project developed a typology of activities and economic actors that  enabled the establishment of major differences between newly arrived and long-term African economic agents in these two cities, in particular regarding their networked social and business organisation. The core question in this project phase, centred on the transnational entrepreneurs’ translation of their experiences of China into their home societies, both in their business and everyday practices (cf. publications http://www.spp1448.de/projects/entrepreneurial-chinese-migrants/project-output/project-publications/ and conference papers http://www.spp1448.de/projects/entrepreneurial-chinese-migrants/project-output/conference-presentations/). Once again, the project used a multidisciplinary approach  to put observations, discourses and narratives of  informants into perspective and to deepen the interpretations of material and non-material translation of objects that travelled from China to Ghana or Senegal in the (conceptual) luggage of transnational entrepreneurs.

Given that  Chinese presence in Ghana and Senegal has evolved since 2011, the project will revisit  findings from the first phase and focus more systematically on the narrative representation of entrepreneurs’ experiences of Chinese business, politics and everyday practices.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *