Workshop May 28, 2015. Intermediaries, mediators, translators? Categorizing the actors in Chinese-African spaces of interaction.

Intermédiaires, médiateurs, traducteurs ? Catégoriser les acteurs des espaces d’interaction sino-africains  

Intermediaries, mediators, translators? Categorizing the actors in Chinese-African spaces of interaction 

Workshop / Journée d’étude ANR EsCA &   West African Traders as Translators Between Chinese and African Urban Modernities programme   (German Institute of Global and Area studies (GIGA)

28 mai 2015 

Salles 638-640 Plateau CNRS,  190-198 av.  de France 75013 Paris

Convenors  : F. Bourdarias (CESSMA/ ANREsCA), A. Galitzine-Loumpet (ANR EsCA), L. Marfaing (GIGA)

Abstract

(in french  below) 

Publications on Chinese-African relations have flourished over the last few years. When it comes to designating and situating the actors, whether Chinese or African, most writers focus on the economic sphere: entrepreneurs, traders, brokers, employers and employees, intermediaries, etc., figures whose interdependencies need to be placed at the heart of analysis and examined in conjunction with other parameters.

Other factors can indeed be taken into account. We may cite, for example, individual training or reconversion strategies adopted by employees or students; the different ways of investing new spaces of social mobility and legitimation that are developing in both China and African countries; and the backing of possible professional and/or family networks.

 The diversity of the practices observable can, for expatriates, be correlated with the length of stay and the modes of integration in the host country; in certain cases, with the varying forms of juxtaposition of different fields of activity; and, in all cases, with the degree of mastery of the foreign partners’ language.

 As a prelude to its final conference, the ANR EsCA programme would like to open up the reflection on these categorizations in order to contribute, ultimately, to renewing descriptive and conceptual tools.

Argumentaire

Les publications sur les relations entre la Chine et les pays africains se sont multipliées ces dernières années. Pourtant, lorsqu’il s’agit  de désigner et de situer les acteurs impliqués, chinois ou africains, la plupart des auteurs privilégient  la  sphère  de l’économique :  entrepreneurs, commerçants, courtiers, employeurs et salariés, intermédiaires… autant de figures dont les interdépendances doivent être placées au centre de l’analyse et corrélées à d’autres paramètres.

D’autres éléments peuvent en effet  être pris en considération. Citons entre autres les stratégies individuelles de formation ou de reconversion des employés ou des étudiants, les formes d’investissement des nouveaux espaces de mobilité  et de légitimation sociales qui s’ouvrent tant en Chine que dans les pays africains, l’appui d’éventuels réseaux, professionnels et/ou familiaux.

La diversité des pratiques observables  peut être mise en relation, pour les expatriés,  avec la durée du séjour et les modes d’intégration dans le pays d’implantation ; dans certains cas avec les formes de juxtaposition de différents champs d’activités, dans tous les cas, avec le degré de maîtrise de la langue des partenaires étrangers.

En prélude à son colloque final, le programme ANR EsCA souhaite ouvrir la réflexion sur ces catégorisations afin de contribuer, à terme, à un renouvellement des outils descriptifs et conceptuels

 With/Avec:

  • Olivia ANANI (Curator Fast Forward exhibition)
  • Françoise BOURDARIAS (CESSMA);
  • Thibault CURMI (Sciences Po)
  • Eric FLORENCE (Université de Liège)
  • Alexandra GALITZINE-LOUMPET;
  • Karsten GIESE (GIGA);
  • Antoine KERNEN (Université de Lausanne)
  • Laurence MARFAING (GIGA)

giga esca


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *