Programme de recherche

 

 Espaces de la culture chinoise en Afrique, diffusion, agencements, interactions (EsCA)  

(ANR-11-BSH16001) 

Coordonateur scientifique : Jean-Pierre Dozon (IRD,EHESS) 

Programme résumé (janvier 2011)

 

Porté par la Fondation Maison des sciences de l’Homme, le programme ANR Espaces de la culture chinoise en Afrique (EsCA) regroupe chercheurs confirmés, doctorants et postdoctorants issus de différentes institutions françaises, européennes et internationales. Spécialistes de la Chine et des pays africains concernés, ils travaillerons en binômes dans une perspective multidisciplinaire.

 

Présentation générale du projet ANR

 L’intérêt de l’étude de l’implantation chinoise en Afrique repose sur une recomposition majeure des relations internationales dont la caractéristique tient ici à la fois à la virtualité d’une « Afrique sans l’Europe » (Alden 2004) et aux nouveaux paradigmes d’une « globalisation subalterne » (Marchal 2008) explorant ses propres voies. De ce fait, les interrogations ne paraissent plus seulement réductibles à une perspective économique, ni à une question de valeur – opportunité ou impérialisme ? –, mais à la constatation d’un état des lieux dont il semble intéressant de mesurer options et incidences, transformations sociales et interactions.

Si la multiplication ces dernières années de conflits d’intérêts et de voisinage relayés par les ONG et les médias atteste des limites d’une migration économique fortement concurrentielle, elle n’implique pas pareillement un désenchantement africain envers la Chine, mais d’une dualité des opinions qui, des forums de discussion à l’appareil de l’Etat, se félicite de l’absence de conditionnalités de l’investissement et de l’aide, des réalisations infrastructurelles et sociales et en craint les effets à long terme. C’est précisément sur le long terme que la République Populaire de Chine (RPC) fonde pourtant sa politique africaine, résumée en décembre 2010 par la publication d’un Livre blanc sur la coopération économique et commerciale sino-africaine. Cette stratégie présuppose une certaine banalisation de la présence chinoise sur le continent, corollaire d’un ancrage socioculturel plus fort.

Ce projet se propose de mener une recherche fondamentale sur un aspect encore peu étudié de la présence chinoise en Afrique, ses implications culturelles. D’une part en effet, la volonté de dépassement du postcolonial en Afrique rencontre une rhétorique officielle chinoise du contournement de l’Occident et du non-alignement, réduisant dès lors les processus de reconnaissance de l’altérité à une alternative géopolitique. D’autre part, la diffusion d’une forme de digest culturel masque la singularité des stratégies d’adaptations et les interactions socioculturelles en cours.

Au-delà des intérêts économiques et stratégiques plus ou moins maitrisés par les Etats et portés par une grande variété de partenaires, la présence en Afrique d’une population chinoise croissante capitalisant une expérience et des réseaux locaux diversifiés, suppose des modes d’adaptation variables selon les niveaux et les espaces de rencontre. De la même façon, la pluralité des acteurs africains impliqués présume de processus d’appropriation et de réception d’éléments de culture chinoise distincts. De nouveaux espaces d’interaction et de représentation – spatiaux, visuels, sociaux, symboliques-, sont ainsi mis en place de part et d’autre, de nature et de portée.

 Cette multiplicité intrinsèque d’une rencontre culturelle inédite par sa rapidité et son ampleur sera analysée à travers trois niveaux, non exclusifs entre eux, de nature et de portée différente, permettant d’étudier l’inscription de la culture chinoise de manière locale et globale, aussi bien dans des contextes culturels africains précis que dans l’espace virtuel :

  Axe 1.  Agencements, représentations ,  géopolitique du patrimoine immatériel  

Depuis près de dix ans, une catégorie spécifique du patrimoine culturel, le patrimoine immatériel, dispositif de « maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante » (Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003), a créé un nouveau régime de patrimonialité, dorénavant inscrit dans une stratégie de reconnaissance juridique et d’exportation globale d’identités locales reconstruites dans ce but. Au travers de campagnes de lobbying actives, mobilisant à des degrés variables institutions, associations, et communautés, ces biens culturels tendent à devenir des produits, subordonnés à des stratégies concurrentes de quête d’hégémonie politique ou économique. Une géopolitique du patrimoine est ainsi mise en place, particulièrement intéressante à observer dans le cadre des relations Chine-Afrique, espace d’inter-culturalité récent en cours d’élaboration, où la pluralité des acteurs engagés permet de confronter politiques institutionnelles et processus d’appropriation communautaires et individuels.

 Les questions liées aux nouveaux usages d’un patrimoine immatériel producteur – et inventeur – d’identité, introduisent à celles des représentations et des transferts de savoirs, non seulement au travers d’études de terrain mais également dans l’espace virtuel. Le programme TIC-Migrations de la FMSH et plus précisément encore le projet E-diasporas Atlas (ANR Contint http://ediasporas.ticmigrations.fr), a pris acte depuis plusieurs années de cette dispersion croissante des communautés dans les territoires numériques, de leurs nouvelles formes de regroupement, d’action et d’occupation et en conséquence de l’émergence de « nations sans frontières » (Nations Unbound, Basch et al. 1994, Diminescu 2005) recomposant le rapport au territoire et à l’Etat-Nation.

Axe 2. Médecine chinoise traditionnelle en contextes africains

 « La médecine traditionnelle chinoise » (TCM), dont une composante, l’acupuncture et la moxibustion, a été inscrite en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco, offre  justement l’exemple des différents modes de diffusion et des usages possibles d’une identité reconstruite. Si la TCM ne représente en qu’environ 4% des hôpitaux en Chine, elle a été diffusée en Afrique par les missions médicales chinoises à partir des indépendances. Ce savoir, au croisement du culturel et de la santé publique (Dozon & Fassin 2001 ; Dozon 2005), se présente comme une alternative à la médecine allopathique occidentale en même temps qu’il rencontre des savoirs thérapeutiques endogènes dorénavant valorisés par les Etats africains. Il rencontre de ce fait un champ particulier d’intérêts locaux inscrits dans les préoccupations quotidiennes du plus grand nombre et parait aisément appropriable par un principe d’analogie. La médecine traditionnelle chinoise devient ainsi un des gages d’efficacité, sinon de sincérité et de durée de la présence chinoise.  Au Cameroun par exemple, les diverses offres de soins chinois s’inscrivent ainsi dans un ensemble de pratiques endogènes en transformation (Dozon 1987, 1986 et 1996 ; Djouda Feudjio & Mounpe Chare 2009) et une « Association Camerounaise de Promotion de la Médecine Traditionnelle Chinoise » a été fondée (Wassouni 2009). Au Mali, le nombre croissant d’officines et de centres de médecine chinoise et d’acupuncture ainsi que de réseaux de distribution de « médicaments traditionnels » chinois doit être située dans un contexte de recherche, par les ressortissants chinois, de niches économiques échappant à une relation de concurrence directe tout en valorisant leurs spécificités culturelles (Bourdarias 2009 et 2010). La diffusion de la TCM dans les sociétés africaines ouvre de ce fait un champ nouveau d’analyse, à l’articulation de l’individuel et du collectif, des représentations de la maladie, de la santé et de l’économie.

Inversement, mais à une moindre échelle, l’intérêt pour les médecines traditionnelles africaines est également sensible en Chine : des voyages de tradipracticiens africains officiellement invités ont régulièrement cours depuis de nombreuses années (Dozon 1993) et sont aujourd’hui complétés par des offres de formations dans les universités de médecine traditionnelle chinoises.

Axe 3.  Espaces associatifs et institutionnels d’interaction  

Biens culturels, savoirs spécifiques, stratégies microéconomiques sont également diffusés à une autre échelle dans le cadre de différents espaces – institutionnels ou semi-privés – qui les inscrivent dans les nouvelles formes de coopération supervisées par l’Etat chinois. Encouragées par les ambassades chinoises en Afrique (Chaponnière & Jozan 2008), les structures associatives de ressortissants chinois, ou de Chinois et d’Africains, favorisent certaines formes de rencontres culturelles, variables selon les contextes et les intérêts, à l’exemple de l’Association caritative Chine-Cameroun (ACHICAM), fondée en 2009 à Douala.

Cet espace associatif est renforcé par un dispositif institutionnel, les Instituts Confucius, du premier ouvert en 2005 à Nairobi aux 25 existants aujourd’hui dans 18 pays africains. Centres d’apprentissage de la langue et de la culture chinoise, ces instituts mènent une politique active de « dialogue culturel », alliant formations sur place et octroi de bourses. Les fondamentaux de la culture chinoise sélectionnés permettent de d’aborder les intentionnalités et intérêts de cette diffusion sur le moyen et long terme. Cet axe permet également d’étudier le nouveau statut d’intermédiaires des anciens étudiants africains en Chine.

L’importance accordée à une analyse comparée de la singularité des différents agencements locaux et des liens bilatéraux a conduit à la sélection de trois terrains africains, essentiellement concentrés dans les capitales économiques et politiques, mais avec des extensions dans les villes moyennes :

–    Le Mali (Afrique de l’Ouest), « allié de la première heure » de la Chine, l’immigration chinoise s’inscrit dans le cadre d’une coopération mise en place à l’indépendance, au travers du choix d’une économie de type socialiste et reconduite lors du changement de régime. Les études récentes (Kernen & Vuillet 2008, Bourdarias 2009 et 2010) portent notamment sur l’interdépendance entre les nouveaux réseaux économiques chinois et les dynamiques sociales, soulignant les transformations en profondeur de la société malienne, ainsi que les réorientations des stratégies migratoires et économiques (Bourdarias 2009a-b, 2010a-b) ;

’exemple du Cameroun où la

–    Le Cameroun (Afrique centrale), la Chine est devenue le deuxième partenaire bilatéral du pays après la France, bien loin des suspicions liées, dans les années soixante, au soutien chinois des mouvements indépendantistes camerounais (UPC). L’immigration chinoise récente, mais importante depuis la visite du président Hu Jitao en 2007 et la levée des visas pour un séjour inférieur à un an et demi, a relativement peu été étudiée par des chercheurs (Esoh 2005) bien que les conflits  se multiplient. L’Institut Confucius ouvert en 2007 dans le cadre d’une convention entre l’Université normale de Zheijiang et l’université de Yaoundé est le premier du genre en Afrique centrale et rayonne au delà des frontières du pays.

   L’Afrique du Sud, pays clef pour l’investissement chinois, les diasporas chinoises se caractérisent par plusieurs strates successives, dont certaines datent du XIXe siècle : modes d’intégration et d’implantation, liens avec le pays d’origine, constructions identitaires sont donc diversifiés. Ce pays développe par ailleurs un  programme de recherche propre, le  China in Africa project (SAIIA, Witwatersrand University), dirigé par l’un des contributeurs de notre projet, Chris Alden. L’analyse des constructions identitaires est également servie par les ouvrages autobiographiques des descendants des premières vagues d’immigration (Accone 2004, Chen 2009).