Billet de Pékin – par J-.P. Dozon

2012-08-08 12.09.59Invité avec d’autres collègues français par l’Université Minzu de Pékin pour un colloque sur les théories fondamentales de l’anthropologie du 28 mars au 6 avril 2013, j’ai découvert pour la première fois la Chine. Ce fut une invitation tout à fait indépendante de notre projet ANR, mais nous étions convenus avec mon collègue sinologue, Michel Bonnin, en poste à Pékin, que je ferais également une conférence au centre franco-chinois sur les longues relations de la France avec l’Afrique, et de la prolonger autant que possible par une discussion autour des relations sino-africaines. Mon propos consista à rappeler les grands épisodes de ces relations franco-africaines, mais j’ai surtout insisté sur la période contemporaine, c’est-à-dire sur la façon dont se constitua, en même temps que la V°République une sorte d’Etat franco-africain (notion que j’ai développée dans mon ouvrage « Frères et Sujets. La France et l’Afrique en perspective », Flammarion, 2003 en la démarquant de la notion plus courante de « Françafrique ») qui permit à la France de recouvrer puissance et indépendance en pleine guerre froide. Mais à quoi j’ai ajouté que cet Etat-franco africain était en déclin depuis les années 1990, même si la France, très précisément de grands groupes ou multinationales françaises ont évidemment toujours des intérêts en Afrique et qu’elle continue de temps à autre à jouer un rôle de premier plan, comme en témoignent ses interventions militaires, accréditées par les Nations Unies, en Côte d’Ivoire et, tout récemment, au Mali. A propos de la crise malienne, j’ai d’ailleurs indiqué de manière légèrement provoquante que « la France avait  fait le job », non seulement pour les autorités maliennes qui avaient sollicité son intervention, mais également pour la communauté internationale, dont la Chine (très présente au Mali) qui avait, sans regimber, approuvé ladite intervention.

Puis, lors de la discussion, j’ai suggéré qu’en tout état de cause, l’Afrique était prise dans la globalisation en cours et dans les changements qui sont en train d’intervenir au niveau des positions hégémoniques longtemps occupées par l’Occident. De sorte que si la France continue à avoir des intérêts en Afrique, comme d’autres puissances occidentales, il est patent qu’elle les dispute aujourd’hui à bien d’autres « puissances », spécialement à la Chine, mais aussi à l’Inde, au Brésil, à la Turquie et, à l’intérieur même de l’Afrique, à l’Afrique du Sud.

Au total, ce fut une discussion intéressante et assez ouverte.

Mais, plus généralement, je fus enchanté par ce premier séjour en Chine. Il en appelle à l’évidence d’autres.

 

Jean-Pierre Dozon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search