Espaces de la médecine chinoise au Cameroun. Conférence 2-3 dec. 2013, Yaoundé

esca yde 2Espaces de la médecine chinoise au Cameroun

 

Conférence ANR Espaces de la culture chinoise en Afrique (EsCA), (ANR-FMSH)

en partenariat avec l’Ecole des Sciences de la Santé (ESS) de l’UCAC et la Fondation Paul Ango Ela (FPAE)

 

2 et 3 décembre 2013

Ecole des Sciences de la Santé (ESS), Université Catholique d’Afrique Centrale, campus de Messa

Coordination scientifique :

Alexandra Galitzine-Loumpet  I Julienne-Louise Ngo Likeng

2 décembre 2013  I Espaces de la médecine chinoise

9h- Mot de bienvenue :  Benjamin Alexandre Nkoum (Directeur de l’École des Sciences de la Santé de l’Université Catholique d’Afrique Centrale) / Alexandra Galitzine-Loumpet ( Anr EsCA, FMSH) / Matthias Owona Nguini (coordinateur scientifique de la Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique centrale).

9h15 – Espaces de la médecine chinoise au Cameroun 1 I Présidente de séance : Caroline Bodolec (CECMC, Paris)

Jalons d’une anthropologie des thérapeutes chinois au Cameroun I Françis Keubou (Université de Yaoundé I)

–  La place de la médecine chinoise dans la prise en charge des patients au Cameroun I Julienne-Louise Ngo Likeng (Ecole des Sciences de la Santé, UCAC) / Alice Ketchadji (MINSANTE)

Les cabinets de médecine chinoise à Yaoundé : Profils des acteurs, offres thérapeutiques, légitimité sociale et institutionnelle I Yves-Bertrand Djouda Feudjo (Université de Yaoundé I)

10h45-11h / Pause café

11h- Espaces de la médecine chinoise au Cameroun 2 I Président de séance :  Antoine Sopca (Université Yaoundé I)

– La médecine chinoise dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun I François Wassouni (Institut du Sahel à Maroua)

–  Diffusion de la MTC et dynamiques sociales locales. Mali et Cameroun I  Françoise Bourdarias (UMR CITERES, Université de Tours)

–  Pratiquer la médecine chinoise hors Chine. Quelques éléments de comparaison entre les contextes français et camerounais I Lucia Candelise (Université de Genève)

12h30-14h Déjeuner

14h – Économie de la médecine chinoise I Président de séance :  François Colin Nkoa (Fondation Paul Ango Ela)

Vente à la sauvette des médicaments chinois dans les agences de voyage au Cameroun (axes routiers Yaoundé-Bafoussam et Yaoundé-Douala) I Idrissou Mounpe (Université de Yaoundé I)

Les médicaments chinois au Burkina et au Cameroun I Antoine Kernen (Université de Lausanne) & Antoine Guex (Université de Lausanne)

16h- Pause Café

16h15- Pratiques de la médecine chinoise  I Présidente de séance : Julienne-Louise Ngo Likeng (ESS/ UCAC)

Table-ronde :

  • Mme Liang Mvé (Mission médicale chinoise, Gynéco-Obstétrique de Ngousso) (absente)
  • Ambroise Bindzi (praticien indépendant)
  • Lavenir Mbessa (Directeur clinique Chinecam)
  • Maitre Clovis (praticien de Taïchi et d’arts martiaux)

18h30- Fin des travaux & cocktail

3 décembre 2013  I Représentations de la médecine chinoise

9h00 –  Représentations de la médecine chinoise I Présidente de séance : Alexandra Galitzine-Loumpet  (ANR EsCA / FMSH)

– La problématique de l’hygiène des locataires chinois dans la ville de Yaoundé: Etats des lieux I Stéphanie Mounda (ESS, UCAC) et Esther Wanko (Université Adventiste COSENDAI)

Échanges avec la Chine: l’importance de la langue I Jeanne-Berthe Nyemb Ntoogue, (Ministère des enseignements secondaires, Institut Confucius)

– Médecine Chinoise et patrimoine immatériel I Caroline Bodolec (Centre d’études de la Chine moderne et contemporaine CNRS-EHESS)

11h15 Pause Café

11h30 –  Espaces de la présence chinoise I Président de séance : Jean-Emmanuel Tabi, directeur de l’Institut des Relations internationales du Cameroun (IRIC) (sous réserve)

 Débat et conclusions

Matthias Owona Nguini, Université de Yaounde II, directeur scientifique Fondation Paul Ango Ela

– Discussion générale

13h30 –  fin des travaux et déjeuner

15h-  Rencontre avec les étudiants (FPAE)

esca Yaoundé

Éléments bio-bibliographiques des intervenants

BODOLEC Caroline, Ethnologue est chargée de recherche au sein du Centre de recherches sur la Chine moderne et contemporaine (UMR 8173 Chine, Corée, Japon), Paris, France. Ses champs de recherche portent sur le Patrimoine culturel immatériel en Chine et plus particulièrement sur le nord de la province du Shaanxi ainsi que sur l’histoire de la construction et l’anthropologie des techniques dans la Chine impériale et contemporaine. Elle a publié La voûte dans l’architecture chinoise, un patrimoine méconnu, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005. Elle est co-auteur d’un documentaire réalisé avec Elodie Brosseau intitulé Yaodong, petit traité de construction, 89′, EHESS & AnimaViva production qui a obtenu le Prix du Patrimoine culturel immatériel au 31e festival du Film ethnographique Jean Rouch en 2012. Page personnelle:  http://cecmc.ehess.fr/document.php?id=1394

BOURDARIAS FRANÇOISE, anthropologue, enseignant-chercheur au département de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Tours, UMR CNRS 6173 CITERES (Université de Tours) et chercheur associé à l’UMR 201 « Développement et Sociétés » (IEDES, Paris 1). Les recherches menées depuis 1995 sur des terrains urbains au Mali ont pour objet les formes d’inscription locales de dynamiques économiques et sociales internes et externes à la société malienne : évolution des rapports entre les générations et les genres, luttes foncières, transformation des pratiques politiques et des productions imaginaires qui leur sont liées, développement de nouveaux mouvements religieux, transformations du salariat. Dans le cadre d’une délégation à l’IRD (2008-2011), elle a entrepris  une recherche sur les migrations chinoises au Mali. Ce travail met au centre de l’analyse les interdépendances entre les dynamiques sociales locales et les activités économiques chinoises. Elle participe actuellement aux travaux de l’ANR EsCA (Espaces de la culture chinoise en Afrique), sur le thème « Médecine chinoise traditionnelle en contextes africains » (Mali et Cameroun).

CANDELISE Lucia est historienne de la médecine et anthropologue du médical. Elle est actuellement Maitre assistante à l’Institut d’études genre, département de sociologie de l’Université de Genève. Elle est aussi membre du laboratoire SPHERE (Science, Phylosophy and History), UMR 7219, CNRS/Paris 7; de l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP-CHUV), Lausanne et du Centre d’études sur la Chine Moderne et Contemporaine, UMR 8173, EHESS, Paris. Elle travaille depuis plusieurs années sur le processus d’intégration des savoirs et des pratiques médicales en Europe. Parmi ses publications « Médecine complémentaire et médecine conventionnelle : la rencontre de différentes cliniques. L’acupuncture dans une structure publique de santé », in Céline Léfevre & Gilles Barroux (éd.s), Usages et valeurs de la clinique, Paris, Seli Arslan, février 2013, p. 147-166,   « Trans-nationalisme et patrimonialisation : vers une reconfiguration des ressources thérapeutiques. Introduction », Anthropologie et Santé, juin 2013.

DJOUDA FEUDJIO Yves Bertrand,   Enseignant-Assistant au Département de Sociologie de l’Université de Yaoundé est titulaire d’un Doctorat/Ph.D (2011) en sociologie de la santé. Il a été lauréat (2008-2010) de la Bourse africaine pour la rédaction de Thèses (octroyée par African Population and Health Research Center (APHRC). Il est aussi titulaire d’un Certificat Universitaire en Initiation à la Recherche sur les Systèmes de Santé (CU-IRSS), obtenu (Juillet 2011) à l’Ecole de Santé Publique de l’Université Libre de Bruxelles. Son principal champ de recherche est le domaine de la santé avec un intérêt particulier porté sur les politiques de santé, les questions d’accessibilité aux soins et de trajectoires thérapeutiques, les violences hospitalières, les soignants parallèles, les pratiques et l’appropriation endogène de la médecine chinoise, etc.

GALITZINE-LOUMPET Alexandra,  anthropologue, travaille principalement sur la culture matérielle et les questions patrimoniales.  Coordonnatrice de l’ANR EsCA  (FMSH) dirigée par J.P. Dozon, elle y étudie les représentations de l’altérité et des objets. Elle codirige également le programme « Non-lieux de l’exil » (FMSH).

GUEX Antoine Après un Master ès Lettres de l’Université de Lausanne en Chinois et Histoire, Antoine Guex a enseigné plusieurs années à l’Université des Etudes Internationales de Xi’an. Il travaille actuellement dans la Faculté des Sciences Sociales et Politiques à l’Université de Lausanne comme doctorant FNS sur un projet intitulé: “la révolution des produits chinois en Afrique” et entame une thèse consacrée aux travailleurs diplômés dans les transnationales chinoises en Afrique sous la direction d’Antoine Kernen.

KETCHADJI Alice est infirmière épidémiologiste à la Direction de la Lutte contre la Maladie du Ministère de la Santé Publique. Doctorante postulante en Santé publique, elle est actuellement chercheure associée au projet de recherche CODI. Ses domaines de recherche sont : la maternité et la consultation prénatale (surtout), le VIH/SIDA, la lutte contre les maladies en générale.  

KERNEN Antoine, est docteur de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il a travaillé à l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève et actuellement à la faculté des sciences sociales et Politique de l’Université de Lausanne en Suisse. Adoptant une perspective de sociologie économique, il analyse dans ces travaux sur la transition chinoise, différents aspects liés au processus de privatisation (émergence du secteur privé, transformation du système social, manifestations ouvrières, émergence d’un secteur associatif). Il a publié notamment : La Chine vers l’économie de marché: les privatisation à Shenyang (Paris Karthala 2004) ou (avec F.-X. Merrien, R. Parchet) L’Etat social : une perspective internationale, (Paris, Armand Colin, 2005). En parallèle depuis quelques années, il conduit des recherches sur la présence chinoise en Afrique. Sur ce sujet, il a publié par exemple “ Chinese traders in Mali and Senegal”, African and Asian Studies, special issue. (2010), ou « Les stratégies chinoises en Afriques : le pétrole et les bassines en plastique » Politique Africaine 107, (mars), pp. 163-181(2007). Il dirige actuellement un projet de recherche sur le sujet.  

MOUNDA Marthe Stéphanie (Ecole des Sciences de la Santé, UCAC) est infirmière, doctorante postulante en Sciences infirmières à l’Ecole des Sciences de la Santé de l’Université Catholique d’Afrique Centrale. Elle est actuellement chercheure associée au projet de recherche CODI (COnsidering DIfference). Ses domaines de recherche sont : la co-location chinoise, les comportements infirmiers, la prise en soin des enfants.

MOUNPE CHARE Idrissou,   Doctorant, Département de Sociologie, Cadre Administratif, Université Virtuelle, Université de Yaoundé I. Parmi ses conférences :  « L’émergence de la médecine chinoise au Cameroun : une figure de la mobilité des soignants », Communication présentée au colloque international  d’AMADES, en visioconférence entre Yaoundé et Dakar le 30 septembre 2009., « Pluralité thérapeutique et interculturalité au Cameroun : le cas de la médecine chinoise », Communication à la Conférence l’Association Internationale pour la recherche Interculturelle (ARIC) du 19 au 23 Juin 2011 à l’université de Sherbrooke.

MVE Liang est infirmière et travaille comme interprète auprès de la mission médicale chinoise de l’hôpital gynéco-obstétrique de Ngousso.

NYEMB NTOOGUE née NGO BAHIYA Jeanne-Berthe est titulaire d’une maitrise  de l’Université de Yaoundé et d’un Dipes de l’Ecole normale supérieure. Elle a suivit aune formation intensive d’apprentissage du chinois (Université de Langues et cultures de Beijing)avant d’obtenir un Master of Teaching Chinese to Speakers of other Languages de l’Université Normale de Zhejiang (2010-2012). Elle enseigne le chinois à l’Institut Confucius de Yaoundé II et est le premier inspecteur pédagogique national de chinois au Ministère des Enseignements Secondaires, Cameroun. Elle est par ailleurs inscrite en thèse de doctorat à l’Université de Yaoundé I.

NGO LIKENG Julienne-Louise,  est Assistante, Enseignant chercheur, anthropologue de la santé, Chef de département de la recherche et  responsable de la filière Gestion Hospitalière et sanitaire à l’Ecole des Sciences de la Santé de l’Université Catholique d’Afrique Centrale. Ses principaux domaines de recherche sont : l’anthropologie de la maladie et de la santé, les médecines parallèles, l’environnement, les migrations et la culture. Elle gère actuellement le projet CODI (COnsidering DIfference). Elle a été lauréate de l’Institut Santé, Politiques et Société du CODESRIA en 2011 (Sénégal). Elle est chercheure associée au Groupe de recherche SAHARA de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal).

NKOA François Colin  est Enseignant/Chercheur à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion, de l’université de Yaoundé II-Soa. Il est titulaire d’un doctorat en sciences économiques (Université Montpellier I) et affilié aux centres suivant :  FPAE (Fondation Paul Ango Ela), CDBPS (Centre pour le Développement des Bonnes Pratiques en Santé) et CEREG (Centre d’Etudes en Economie et Gestion), UY2-Soa. Parmi ses publications : Migrations Sud-Nord et fuite des cerveaux en Afrique Subsaharienne : Atout ou contrainte au développement économique, in Les Cahiers de l’Association Tiers-Monde n° 28-2013, « Mobilités internationales, déséquilibres et développement », Préludes, Nancy ; Régionalisation et crédibilité des réformes économiques en Afrique : Leçons tirées de l’expérience de la CEMAC in Les Cahiers de l’Association Tiers-Monde n°26-2011 ; « Coopération internationale et financements de la lutte contre le sida en Afrique : le cas du Cameroun » in Eboko F et al (sd) Accès décentralisé au traitement du VIH/SIDA, évaluation de l’expérience camerounaise. Collection sciences sociales et sida, ANRS, 2010 (En collaboration avec EBOKO F. et MOATTI JP).

NKOUM Benjamin Alexandre est infirmier accoucheur, Cadre supérieur en santé, Enseignant chercheur, psychologue, chargé de cours, Directeur de l’Ecole des Sciences de la Santé de l’Université Catholique d’Afrique Centrale. Ses domaines de recherche sont : les sciences de l’éducation, l’évaluation, la santé et ses politiques, les sciences infirmières, la santé de la reproduction, la gérontologie, la gestion hospitalière et sanitaire.

SOPCA Antoine est Enseignant chercheur, anthropologue de la santé et Maitre de conférences au département d’anthropologie de l’Université de Yaoundé1. Ses domaines de recherche sont : la santé, le système de santé et ses politiques, les médicaments de la rue, l’économie (le domaine de la fripérie), la santé de reproduction.

OWONA NGUINI Matthias est politologue, enseignant-chercheur à l’Université de Yaoundé II et directeur scientifique de la Fondation Paul Ango Ela.

WANKO KEUTCHAFO Esther Lydie est infirmière, doctorante postulante en Sciences infirmières à l’Ecole des Sciences de la Santé de l’Université Catholique d’Afrique Centrale et enseignante à l’Université Adventiste COSENDAI de Nanga Eboko. Elle est actuellement chercheure associée au projet de recherche CODI. Ses domaines de recherche sont : la sexualité du 3e âge, la gérontologie, la co-location chinoise.

WASSOUNI François,   Titulaire d’un Doctorat/PH.D en histoire, François WASSOUNI est Chargé de Cours  à l’Institut Supérieur du Sahel. Il a été lauréat de plusieurs programmes du Conseil pour le développement de la Recherche en Sciences Sociales en Afrique (CODESRIA), chercheur Invité à la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin de Nantes en France en 2010  et Invité à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris. Il a notamment publié  : « La présence chinoise au Cameroun et son influence sur les pratiques de santé et de soin », Revue de Sociologie, d’Anthropologie et de Psychologie, numéro spécial Mobilités et santé : circulations des savoirs, évolutions des pratiques/ 2010, n° 2, pp. 95-116 ; « La médecine chinoise au Cameroun : essai d’analyse historique (1975-2009) », Ludovic Lado (dir.), Le Pluralisme Médical en Afrique, hommage à Eric de Rosny, PUCAC-Karthala, pp. 199-221 ; « Panorama du processus d’expansion de la culture chinoise au Cameroun entre 1976 et 2013 », Monde Chinois, nouvelle Asie, Dossier N°33  2013, pp. 40-47.

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/11/2013

    […] Plus de renseignement sur Les Carnets de l’ANR Espaces de la culture chinoise en Afrique (EsCA) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search