“Sur les ailes du dragon” de Lieve Joris.

9782330034733“Sur les ailes du dragon” de Lieve Joris.  Littérature, représentations, réalités.

 “Les personnages de Jean Rouch ont mis cap à l’Est”

La littérature se saisit, une fois encore, de la réalité, et la (re) met en scène, lui donnant une actualité à la fois renouvelée et décalée. Le dernier livre de Lieve Joris (Actes Sud, 2014) aborde de front représentations des uns par les autres (par exemple ici) et y ajoute sa propre subjectivité, tout en se présentant comme un récit de voyage d’autant plus  véridique qu’il est fondé sur le paradigme de la rencontre. La prestigieuse lignée  convoquée en référence  comprend ainsi, et ce n’est pas sans intérêt, aussi bien Bruce Chatwin, V. S. Naipaul, Ryszard Kapuscinski, que Nicolas Bouvier ou Blaise Cendrars. La présentation de l’éditeur (ici) souligne également le désir de l’auteur de  “saisir l’extrême complexité du monde” et plus particulièrement celle de ce “nouvel empire de la mondialisation (…)  qui oblitère le passé colonial”. 

La presse européenne, au travers de critiques aux titres signifiants (“Rumba congolaise et lotus bleu”, “Sur les ailes du dragon made in Chinafrica”…) revient à la fois la légitimité de l’auteur belge, qui a publié de nombreux autres livres sur le continent africain (Mon oncle du Congo (1987),  La Chanteuse de Zanzibar (1992), Mali blues et autres histoires (1996), Danse du LéopardL’heure des rebelles et Les hauts-plateaux (2001-2009), Ma cabine téléphonique africaine (2011)... ) et sur son souhait de présenter une réalité encore “peu connue” (voir l’entretien vidéo sur Babelio), voire de “briser des clichés” (SlateAfrique). Comme le rapporte sans crainte un journaliste de L’Express en prêtant les propos à l’écrivain, il s’agit aussi  “d’humaniser” les Chinois en Afrique (“Ils ne font pas que spolier le continent noir”) et des Africains en Chine. Le résultat est présenté comme “déstabilisant pour un européen” (Libération), parce qu’à l’évidence, ces nouvelles relations se passent très bien de lui – tout en ayant besoin,  pourrait-on ajouter, de sa médiation et du rappel d’un passé qui n’en finit pas de s’imposer en arrière-plan.

Ainsi l’auteur d’écrire, en évoquant l’étrange familiarité qu’évoquent pour elle les entrepreneurs congolais rencontrés à Dubaï :” J’ai atterri dans un film de Jean Rouch, l’anthropologue français qui, à partir des années cinquante, a réalisé des docudrames dans lesquels figuraient ses amis africains,  spirituels et inventifs. (…) Depuis, dotés de la même capacité d’adaptation et d’une bonne humeur indestructible,  les personnages de Jean Rouch ont mis cap à l’est.” (p. 48)

Entre reportage, références anthropologiques et fiction, il nous parait intéressant de lancer un appel à recension, dont l’objectif serait de croiser commentaires et analyses autour de cet ouvrage, comme autour d’autres représentations fictionnelles de la présence chinoise en Afrique. Ces recensions, d’environ deux pages, seront publiées sur ce site après modération.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search