Recension. “Sur les ailes du dragon” de Lieve Joris (2014) par L. Marfaing

 

Shopping mall / Yiwu (c) L. Marfaing

Shopping mall / Yiwu (c) L. Marfaing

Lieve Joris, Sur les ailes du dragon – voyages entre l’Afrique et la Chine, Actes Sud, 2014

par Laurence Marfaing, Senior research fellow,  German Institute of Global and Area Studies Giga, Hambourg

La lecture de Sur les Ailes du Dragon rappelle celle des anciens récits de voyage du 19e s. un mélange entre roman et documentation, un regard subjectif sur un contexte, un paysage que l’on découvre. Cet ouvrage rejoint aussi les écrits de certains anthropologues qui aiment publier leurs notes de terrain, celles qu’ils n’ont pas pu utiliser dans l’analyse des résultats de leurs recherches.

Sur les Ailes du Dragon est un journal de voyage où l’auteur glane les perceptions des uns et des autres, Chinois et Africains, leurs paroles, leurs postures, leurs regards, leurs émotions… c’est la transcription du quotidien de cette rencontre et de la volonté de faire part des intérêts économiques certes, mais culturels aussi, des amitiés qui se développent. Non daté, le récit se situe entre l’exposition universelle de Shanghai (p. 243 et suiv.), après les commémorations des indépendances (p. 349) et juste avant la guerre en Libye et la chute de Kadhafi (p. 344) donc entre 2010 et 2011.

Ce voyage nous mène en Chine et en Afrique. Mais il commence à Dubaï, ce qui peut paraitre bizarre dans un livre qui veut documenter une rencontre sino-africaine ; au contraire cela peut relever d’une bonne connaissance de l’Afrique et de ses commerçants et hommes et femmes d’affaires. Certes Hong Kong fut une porte d’entrée vers la Chine continentale, mais Dubaï a sans doute plus fait pour l’intérêt des Africains pour la Chine. C’est à Dubaï que s’est effectuée cette première rencontre sino-africaine de masse par l’intermédiaire de la diffusion des marchandises chinoises, où chacun a pu baliser les voies de ses intérêts économiques.

Ce voyage nous mène toutefois bel et bien en Chine, dans les lieux, les grandes villes où l’on rencontre des Africains mais aussi là où les universitaires chinois africanistes mènent leur recherche sur l’Afrique. En Afrique on passe de l’Afrique du Sud au Congo. Toutes les catégories d’Africains résidant ou de passage en Chine sont évoqués : commerçants, hommes d’affaires, étudiants mais aussi employés des administrations étrangères. En Afrique, on rencontre cette catégorie de Chinois impliqués dans l’aventure et les affaires de la Chine en Afrique, commerçants, employés des entreprises et hommes et femmes d’affaires.

Les Chinois rencontrés en Chine, sont des intellectuels, pas seulement des hommes et des femmes qui s’intéressent à l’Afrique pour vendre des marchandises certes, mais aussi pour la culture, par curiosité pour ce continent méconnu en Chine et sur lequel on véhicule des images d’un autre temps : une Afrique « inventée », comme en son temps l’Europe coloniale, vendue pour son exotisme. Mais ces Chinois ont aussi une aptitude à prendre l’Afrique et les Africains comme ils sont notamment après le premier contact décevant avec l’Afrique dans la mesure où il ne confirme pas l’idée qu’ils en avaient. La rencontre avec l’Afrique reste porteuse de découverte et est considérée comme enrichissante même si elle est bien sur, idéalisée, notamment car les Chinois n’y voient souvent que « l’air pur et le ciel bleu ». Cette perception est d’autant plus intéressante que les opinions dispensées en Chine par les média, mais aussi par les chercheurs, portent souvent sur le fait que la présence africaine en Chine passerait assez inaperçue et que les stéréotypes et préjugés auraient la vie dure. L’auteur couvre effectivement tous les stéréotypes : des Chinois qui ne pensent qu’à travailler, des Africains corrompus, les méthodes des chinois pour éviter les chicaneries des Africains en flattant leurs désirs de luxe ou de paraître, des entrepreneurs chinois exploitant leurs travailleurs, les payant mal et ne leur faisant pas confiance, le fait que pour les Africains la Chine n’est qu’un pis-aller car ils continuent de rêver de l’Europe, la concurrence déloyale des Chinois en Afrique, les copies produites par la Chine, notamment celle des pagnes. Bien sûr la perplexité des Chinois devant la soi-disant incapacité des Africains à s’organiser, que ce soit pour installer leurs pavillons à l’exposition universelle de Shanghai ou à l’aéroport de Tripoli, est évoquée. Enfin les préjugés sur les Chinois qui se servent de leurs boutiques en Afrique comme pole d’observation du marché africain ( p. 360) et les Africains qui achètent des marchandises en Europe pour les faire refaire en Chine sous leur propre marque (p. 367) ne sont pas en reste. C’est sont la effectivement tant les discours qui circulent sur la Chine, que partiellement, les résultats de certaines recherches sur cette relation sino-africaine complexe, tant au niveau de l’Etat que des individus, et l’auteur saisit bien cette complexité. Plus profondément, l’auteur traite aussi des avantages de la présence chinoise en Afrique et de ses conséquences, des avantages des importations de marchandises chinoises médiocres en Afrique mais aussi des dégâts.

Lieve Joris constate aussi en accord avec certaines recherches que les Africains en Chine changent leur manière de voir et de faire au contact des entrepreneurs chinois et prennent conscience que si les « Chinois y arrivent », les Africains aussi peuvent produire (« qu’est-ce qui nous empêche d’en faire autant ? » p. 108). Là où les chercheurs qui travaillent en Afrique dans les marchés où sont installés les Chinois ou dans les compound où leurs baraques et préfabriqués sont construits, il faut bien constater que la majorité d’entre eux se rendent le matin à leur boutique, rentrent le soir chez eux sans intérêt aucun pour leur environnement, local, culinaire, culturel, musical… et passent leurs soirées sur QQ. Cependant, Lieve Joris, contrairement à beaucoup d’études, met en évidence une interaction entre Chinois et Africains porteuse de changements de perceptions, de curiosité de l’autre ; également en Chine. Les Chinois au contact de l’Afrique et des Africains, que ce soit en Chine mais surtout en Afrique changent, si bien qu’à leur retour leurs amis constatent «tu n’es plus un Chinois » (p. 329). L’auteur a su saisir la nostalgie de l’Afrique, de cette expérience autre, que des Chinois développent à leur retour (p. 275). Comme le dit si bien un de ses interlocuteurs, quand ils construisaient les stades et quand ils ont commencé à venir, on ne voyaient les Chinois que de loin, maintenant on les voit de près (p. 352), même si la route pour une connaissance plus profonde reste encore longue surtout par rapport à la connaissance qu’Africains et Européens ont développée. Il reste que toute une génération d’Africains n’est jamais allée en Europe mais en Chine et ils sont nombreux aujourd’hui en Afrique à osciller entre la perte de leurs rêves d’Occident, la nostalgie qu’ils en ont et le constat que la Chine, c’est la modernité (p. 47).

Alors que de nombreux travaux de chercheurs continuent de se pencher plutôt sur les relations de la Chine et de l’Afrique au niveau des grandes entreprises et des Etats, l’ouvrage de Lieve Joris vient confirmer et appuyer les travaux des chercheurs sur la rencontre sino-africaine « par le bas » qui, même si depuis la fin des années 2000 sont en nette augmentation, restent encore très lacunaire.

Ceci dit certes, ce livre reste une fiction, mais tous les discours étudiés par les chercheurs sont représentés, que ce soient ceux des Africains en Chine, des Chinois en Afrique ou des Chinois contre les Africains en Chine et des Africains contre les Chinois en Afrique. Pour ce, l’auteur commence par là où les chercheurs commencent : à Guangzhou pour le commerce, à Beijing pour les étudiants.

Ses observations et ses descriptions de Guangzhou ou à Dubaï sont dignes des notes des chercheurs qui – eux les traitent en les intégrants à des concepts. Sa démarche est celle des anthropologues : l’effet boule de neige lui permet d’étendre son réseau d’interlocuteurs et de nouer des amitiés qu’elle cultive en des lieux différents, ou en voyage et qu’elle interconnecte avec d’anciens réseaux de connaissances et de nouveaux, des Africains/Congolais et des Chinois (p. 351). Elle profite ainsi des différentes échelles sociales et spatiales de la mobilité de ses interlocuteurs. Comme eux, elle est mobile et ses investigations sont dignes de la méthodes de l’observation participative tant dans les lieux de rencontre que pendant les voyages en accompagnant ses interlocuteurs. Et effectivement l’auteur, dans bien des situations, laisse le champs d’observation et la parole à ses interlocuteurs, sans intervenir, ni dans leur jugement, ni dans leurs perceptions pour ainsi comprendre et transcrire leur logique de pensée (les exemples de l’usine en Afrique du sud qui passe du Taiwanais au Chinois mais dont la situation des employés reste aussi dramatique, celui de la femme à l’aéroport de Tripoli qui trompe Médecins sans frontières ; l’histoire et la perception de Richard sur les Africains etc..)

Elle cumule l’observation des logiques d’installation et de circulation et des méthodes utilisées dans les recherches sur la migration et la pratique des différents lieux. L’itinéraire n’est pas uniquement spatial, il est aussi mental et on suit l’évolution du regard sur l’autre des interlocuteurs.

Il reste que ce récit de voyage n’est pas un ouvrage scientifique et n’a pas la prétention de l’être. Il ne peut pas vraiment servir de référence pour les chercheurs, mais dans tous les cas, être utile pour leur ouvrir, le cas échéant, des pistes de réflexions.

 Pour citer ce billet :

Marfaing L. , Recension de “Sur les ailes du dragon – voyages entre l’Afrique et la Chine” de Lieve Joris,  Actes Sud, 2014  http://esca.hypotheses.org/1872,   8 janvier 2015


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search