RAPPEL CFP ECAS 2015. Africains consommateurs de biens importés. Études de cas autour de la mondialisation des choses banales

En lien avec le panel Circulations of people, goods and ideas: reception, adaptation and contestation /  Circulation des gens des biens et des idees: réception, adaptation et contestation”,  mais concernant plus exclusivement la circulation des choses et des biens, cet appel à contribution qui devrait intéresser également les objets chinois / fabriqués en Chine en Afrique.

Africains consommateurs de biens importés. Études de cas autour de la mondialisation des choses banales (XVIIIe-XXIe siècle)

Convenors : Cléa Coret et Thomas Vinteuil

avant le 10 janvier 2015.

African consumers of imported goods. Studies on the globalization of ordinary things (18th-21st c.)

6th European Conference on African Studies (ECAS) 2015

Ce panel se propose d’étudier les processus de mondialisation en Afrique de la fin de la période moderne à nos jours, à travers une approche concentrée sur les biens matériels importés et leurs usages. Le champ de l’histoire globale n’accorde qu’une place marginale à l’Afrique, et ce malgré l’attention des études africaines pour les phénomènes sociaux, économiques ou culturels liés aux mondialisations. Ce sont en particulier les études dédiées aux sociétés les plus tournées vers les activités d’échange qui ont raccroché l’Afrique à un système mondial de circulation des idées et des biens déjà bien identifié. L’attention s’est fixée sur la constitution de réseaux humains qui transcendent les frontières et permettent aux biens de parcourir de très longues distances. S’il est aujourd’hui établi que l’Afrique s’intègre aux échanges mondiaux par l’activité de ses marchands, un cap a été franchi avec l’ouvrage de J. Prestholdt (2008), qui a importé sur un terrain africain une « histoire de la consommation » longtemps réservée à l’Europe (D. Roche, 1997). En s’inspirant de cette démarche, ce panel réunira des contributions sur la consommation des biens importés, qui sont la raison d’être des réseaux commerciaux de longue distance. À quels besoins répondent ces biens ? Ces biens sont-ils fabriqués pour cette finalité et ces consommateurs ? Comment s’intègrent-t-ils chez leurs acquéreurs, au point parfois d’être revendiqués comme des objets « culturels » et patrimonialisés ?

Modalités de soumission

Ce panel se tiendra dans le cadre de la 6e conférence européenne des études africaines (ECAS) qui aura lieu à Paris du 8 au 10 juillet 2015.

Les propositions de communications (1500 caractères), en français ou en anglais, peuvent directement être envoyées sur le site de la conférence

Plus d’informations ici 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search