China-Africa Relations: Art and Artists

China-Africa Relations: Research Approaches

Paru dans  la revue African Arts (Summer 2012, Vol. 45, No. 2, Pages 1-7), prestigieuse revue sur les arts en Afrique publiée par UCLA, une contribution de  Ruth Simbao (Associate Professor in Art History and Visual Culture at Rhodes University, South Africa), qui présente les axes de recherches possibles portant sur l’analyse des rencontres et échanges artistiques entre la Chine et l’Afrique du Sud.

Ces propositions s’inscrivent dans une recherche plus large intégrée dans le cadre du programme coordonné par Ruth Simbao et intitulé Visual and Performing Arts of Africa (ViPAA). Ce dernier examine, entre autres,  les séjours d’artistes sud-africains en Chine et les expositions organisées conjointement. Plus généralement, le projet entend repenser l’importance de l’art dans les relations internationales, et R. Simbao anime également un séminaire intitulé China and Africa: ‘Place’, Transnationalism and the Global South.  Un de ces thèmes porte également sur   “China-Africa relations and Sinophobia “.

Le site du programme présente également un compte-rendu succinct d’ une table-ronde tenue en septembre 2011 dans le cadre de la semaine chinoise organisée par l’Institut Confucius de la Rhodes University (the Rhodes University Confucius Institute China Week, 26-30th September 2011), incluant une présentation de R. Simbao (“The arts as a critical addition to economic and political engagement”) , mais également une présentation des résidences et expositions en Chine ou lors de leur retour de deux artistes sud-africains,  Vusi Khumalo (exposition ‘Cultural Exchange’ South Africa 2011)  et  Ayanda Mabulu (Chenshia Museum, 2011), que l’on voit ici poser en “costume traditionnel”.

Il serait d’ailleurs intéressant d’en savoir plus sur cette auto-représentation de soi et de sa spécificité culturelle, de savoir, par exemple, de qui ressort cette initiative . L’art africain contemporain en Chine doit-il être constamment “africanisé”, et faire référence à l’Afrique “traditionnelle” au risque de son essentialisation permanente  ? Quels sont les critères de sélection des artistes invités et des oeuvres exposées ?  Les questions sont d’autant plus intéressantes dans ce cas, qu’Ayanda Mabulu a produit des oeuvres, critiques ou provocatrices, qui ne furent pas retenues pour l”exposition du Chensia Museum, à l’exemple de celle qui suit,  pour laquelle  le site www.worldart.co.za précise :

Ayanda Mabulu has returned from a three-month residency in China which culminated with a solo exhibition hosted by the Chensia Museum in Wuhan, central China. The artwork pictured above was not allowed to be shown as they felt it may offend the government officials who were scheduled to attended the exhibition. Mabulu then smuggled the work out of China in a newspaper. It can be viewed at the Worldart gallery in Cape Town.”

Ayanda Mabulu A work titled “When the sickle cuts through its citizens and when the hammer nails them down” (http://www.worldart.co.za/news/article.asp?ID=110)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search