Compte-rendu : La présence chinoise au Cameroun et ses influences sur le système de santé, par F. Wassouni

La présence chinoise au Cameroun et ses influences sur le système de santé, 

Communication: François Wassouni (Université du Sahel, Maroua)

Compte-rendu : Lucia Candelise

Dans le cadre du séminaire « Savoirs techniques et patrimoine culturel immatériel (XVe-XXIe siècles) Formation, tradition, transmission » du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (EHESS), François Wassouni a été invité jeudi 22 mars 2012 pour présenter ses recherches sur la présence chinoise au Cameroun. Son exposé était centré sur l’intervention de la Chine dans le cadre de la santé et de la médecine.
Cet exposé très riche dans ses contenus et dans ses différentes approches au sujet, pointait tout particulièrement l’augmentation, dans les dernières décennies, de la présence chinoise sur le territoire camerounais et les conséquences de cette immigration dans le domaine de la santé.
Se définissant sur trois étapes, de l’émergence de la Chine dans le paysage social du Cameroun marque une forte évolution du contexte social et économique du pays :
– Dans une première étape, entre 1960 et 1973, on assiste aux premières négociations entre la Chine et le Cameroun. C’est une phase pendant laquelle les interventions chinoises sur le territoire étaient perçues avec méfiance par les camerounais.
– Courant une deuxième période, entre 1973 et 1983, de nombreux accords commencent à être signés
– Et enfin la troisième phase, entre 1983 et nos jours, voit la Chine devenir la solution à la crise économique et aussi le principal investisseur au Cameroun. Cela étant accompagné par un taux immigration chinoise extrêmement importante (on compte par an autour de 70.000 demandes d’immigration déclarées)
Dans le domaine de la santé la médecine chinoise se déploie au Cameroun sous des différents registres, formels et informels.
La dimension formelle de la médecine chinoise tient aux importantes interventions dans le milieu hospitalier. Ces interventions sont institutionnalisées par des accords bilatéraux entre Chine et Cameroun, et les premières actions remontent à 1975.
Dès 1975 jusqu’à aujourd’hui la Chine a agrandi et fait développer les premiers hôpitaux (Mbalmayo, Guider et Ngousso) et en a construit d’autres très important sur l’ensemble du territoire camerounais (notamment l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé). Dans les hôpitaux le personnel chinois travaille avec le personnel camerounais en associant des traitements de médecine traditionnelle chinoise et de biomédecine.L’action chinoise au Cameroun a fortement amélioré l’offre de soin dans les hôpitaux, elle a permis l’intégration dans les corps sanitaires de médecins spécialistes (quand auparavant exerçaient surtout des médecins généralistes) et a rendu possible au personnel camerounais de se former aux pratiques de soin chinoises.

Moins formelle que les interventions dans les hôpitaux, la pratique en cabinets privés se développe parallèlement aux soins hospitaliers et de façon moins contrôlée. On voit apparaître des cabinets de façon très importante à partir des années 1980, et cela au même temps que des structures de soin privées spécialisées surtout dans la pratique des techniques médicales africaines. De fait, aujourd’hui, il est très courant de voir au coin de la rue des indications de cabinet de médecine chinoise, ou de médecine chinoise et médecine africaine.
Le paysage des consultations en cabinet est très nuancé. Les cabinets privés peuvent être tenus par des Chinois qui parfois travaillent avec des Camerounais, ou par des Camerounais qui se sont formés en Chine ou encore par des Camerounais qui se sont formés sur le terrain africain à la médecine chinoise.
François Wassouni explique qu’en dehors des cabinés privés la médecine chinoise est présente dans la rue, lieu de prédilection de la vulgarisation des traitements des produits médicaux chinois, et dans les agences de voyage.
En effet un phénomène très particulier est la pratique de vente de produits de la pharmacopée chinoise dans les trains de voyageurs, qui assurent le transport entre le Nord et le Sud du Cameroun. Il s’agit de Camerounais qui vendent des produits de soins de la pharmacopée chinoise en se déplaçant de wagon en wagon. Ce sont pour la plupart des personnes généralement bien habillées et instruites, très douées en matière de marketing, ayant comme but, concernant ces produits, de « les faire connaître, les faire aimer, les faire acheter et d’en faire parler ». Ils répètent tous le même protocole : ils présentent la structure chinoise pour laquelle ils travaillent, avant de montrer les produits chinois et d’expliquer leurs vertus de produits naturels. Ensuite ils donnent le prix en disant qu’en pharmacie ils sont nettement plus chers (et en effet leur prix est bien plus abordable), ils distribuent quelques échantillons et ensuite ils procèdent à la vente.
Cela est devenu une situation absolument courante, presque attendue, dans ces voyages des camerounais qui achètent souvent les quelques remèdes, désormais des « incontournables » dans l’automédication de la population. Notamment quelques remèdes comme ceux connus sous le mon de « Gensen », « Ammacatoumatoumatoumitoumtoum », « Fionching » sont achetés par la plupart des voyageurs.
Dans la rue ce sont surtout des chinois qui vendent leurs produits et tout particulièrement dans les villes du nord. Il est difficile de dénombrer les différents produits qui soignent toutes sortes de maladies (faiblesse sexuelle, infections sexuellement transmissibles, empoisonnement, teigne, hémorroïde, fièvre typhoïde, règles douloureuses, etc…) et les différents type de préparations, sachets de poudres, liquides en bouteilles, baumes, pilules, qui sont tout à fait semblables aux produits qu’on retrouve dans les pharmacies ordinaires, mais avec des packaging portant des inscriptions en chinois.

Cliché F. Wassouni

Il serait intéressant et important de comprendre où sont produits ces médicaments vendus dans la rue par les marchants chinois, quels sont leurs composantes (s’il s’agit de plantes cultivées au Cameroun, dans d’autres pays africains ou en Chine ?). La transformation de plantes en médicaments semble se faire tantôt au Cameroun tantôt en Chine. Cela a permis, de plus, l’implantation au Cameroun d’une société de distribution de médicaments chinois, la Chinese Pharmaceutical Cameroon, agrée par le ministère de la santé camerounais.
D’autres questions apparaissent à partir de l’exposé de François Wassouni  : quelle est la provenance des chinois au Cameroun ? Quel est le parcours de formation des thérapeutes (aussi bien chinois que camerounais) ? Quels sont les réseaux d’importation et de distribution de la pharmacopée chinoise ?
Mais on pourrait aussi se demander quelles formes d’intégration existent entre la médecine chinoise et la médecine traditionnelle camerounaise ? Comment décrire le pluralisme médical au Cameroun ? De fait il y a des représentation du corps, de la maladie et des remèdes qui se rencontrent et se croisent sur le terrain du Cameroun en donnant lieu à des paysages médicaux très différents selon les époques, les lieux et probablement les couches sociales (François Wassouni rappelle qu’on peut parler des médecines chinoises au Cameroun au pluriel).
La conférence de François Wassouni montre bien que les questions qui se posent sur ce terrain très complexe et très différencié qui est l’installation des Chinois au Cameroun et leur emprise dans le domaine médical sont encore nombreuses et riches d’intérêt.

François Wassouni, « La présence Chinoise au Cameroun et son influence sur les pratiques de santé », Revue Sociologie, Anthropologie, Psychologie, Presses Universitaires de Dakar, n° 02, 2010, p. 95-116

Toutes les photographies sont de François Wassouni.

 


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Antoine Kernen dit :

    Bonjour,
    Je serai intéressé de savoir d’où vient le chiffre de 70’000 chinois au Cameroun. S’il s’agit du nombre de permis de travail accordé, il serait sans doute nécessaire de soustraire les employés de la construction qui pour une large part quitte le territoire une fois le chantier terminé.

    • WASSOUNI François dit :

      Nous parlions de 7O OOO demandes de visas ou non des Chinois présents au Cameroun. C’est une précision qu’il convient de faire.

      • Antoine Kernen dit :

        Voilà un chiffre très intéressant, mais est-ce que vous avez plus de précisions? Par exemple la période durant laquelle ces demandes ont été déposées. Le lieu où elles ont été déposées ? Ambassade à Pékin, ou dans le pays? Et pourquoi pas le pourcentage de demande accéptée. Je sais bien que ces chiffres sont difficiles à obtenir, mais il est important d’avoir des ordres de grandeur du nombre de Chinois dans un pays.
        cordialement

  2. Est-ce qu’il s’agit bien des soins traditionnels our vendent-ils aussi des antibiotiques et des autre medicaments “occidentaux” provenantes de la Chine?

    • Lucia dit :

      Il me semble qu’il s’agit des médicaments chinois relevant de la médecine chinoise. Il ne s’agit pas de médicaments “occidentaux” produits par des chinois.

  1. 21/05/2012

    […] Et enfin la troisième phase, entre 1983 et nos jours, voit la Chine devenir la solution à la crise économique et aussi le principal investisseur au Cameroun. Cela étant accompagné par un taux immigration chinoise. (…) Texte intégral du compte-rendu sur le Carnet de l’ANR EsCA (Espaces de la culture chinoise en Afrique) […]

  2. 23/05/2012

    […] viaCompte-rendu : La présence chinoise au Cameroun et ses influences sur le système de santé, par F….. Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  article […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search