Contributions de Thierry Pairault et Eric Marié (carnet RESAP)

Yaoundé, Cameroun. Immeuble ministériel du centre ville, en cours de réhabilitation par une entreprise chinoise. Longtemps désaffecté, il fut surnommé “L’immeuble de la mort”.

 

 

Deux intéressantes contributions, distinctes dans leur propos,  provenant du carnet de recherche du livre blanc des études sur l’Asie et le Pacifique (RESAP) mis en place par le Réseau Asie et Pacifique (CNRS/FMSH) et qui dressent un état des lieux de la présence chinoise en Afrique tout en évitant, dans un format court, des généralisations préjudiciables à l’analyse de la diversité des situations en cours et en appelant à la multiplication de travaux et d’approches.

La première évoque, dans une perspective économique, les relations entre le continent africain et la Chine.

Thierry PAIRAULT : Les pays africains face à la Chine

Nos approches des relations entre la Chine et les pays africains se focalisent soit sur ce que nos craintes nous suggèrent, soit sur ce qu’elles ne sont déjà plus. On lit et retient que la Chine serait la deuxième puissance mondiale. Très malheureuse, cette expression est réminiscente d’une époque de la guerre froide où l’on savait qui étaient les « bons » et les « méchants », la Chine se voyant assigner ce second rôle. Malgré ses succès, la Chine n’est encore fondamentalement qu’un pays en développement. Si la Chine était un pays africain, elle se rangerait au dixième rang du continent en termes de création de richesses par tête en parité de pouvoir d’achat.(…)

Lire la suite de l’article en cliquant ici.

Notre collègue,  directeur de recherches émérite au CNRS et  membre du Centre Chine de l’EHESS où il coordonne un séminaire sur l’économie et la société de la Chine, dirige un groupe de réflexion sur les relations entre la Chine et les pays africains. Il anime par ailleurs deux sites utiles, dont il a déjà été fait mention dans ce carnet. :

Economie et société de la Chine

Sinaf (Chine Afrique), également en lien sur ce carnet.

et à récemment coordonné un numéro spécial de la revue Outre-Terre, intitulé “Chine-Afrique avez-vous dit ?” dont il a déjà été fait mention dans ce site.

Le 1er février prochain, Th. Pairault organise un colloque intitulé “La présence chinoise en Algérie :perspectives maghrébines et africaines” à la MSH Paris-Nord, en collaboration avec l’équipe GTM du CRESPPA (UMR 7217 Université Paris 8/CNRS).

Le second article traite plus spécifiquement  de la médecine chinoise traditionnelle, revient notamment sur les Instituts Confucius de médecine chinoise  :

Eric MARIE : La médecine chinoise

La médecine chinoise se caractérise par une longue histoire, avec une continuité épistémologique remarquable, des sources écrites abondantes et un statut officiel en Chine et, dans une certaine mesure, dans d’autres pays. Au cours des années 1950, à la suite de diverses décisions politiques successives et parfois contradictoires, la médecine chinoise a fait l’objet d’une reconstruction de ses théories et de ses pratiques et des réformes ont fortement modifié son exercice et sa transmission (…)

Suite  de l’article en cliquant ici

Eric Marié enseigne à la Faculté de médecine de Montpellier/IETT, Université de Lyon 3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search